Accueil

Lutter contre les culicoïdes, moucherons vecteurs de la fièvre catarrhale ovine et des bavites à la Réunion

Le 14 septembre, le Groupement de Défense Sanitaire (GDS) et le Cirad ont organisé une journée d’information sur les Culicoides dans les locaux du GDS à la Plaine des Cafres. Organisée dans le cadre du Réseau d’Innovation et de Transfert Agricole Animal (RITA Animal), cette journée était consacrée aux techniciens, vétérinaires intervenants et éleveurs de la région. Deux experts sont intervenus sur les moyens de surveillance et de lutte contre ces moucherons vecteurs des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la fièvre épizootique des cervidés (« bavites ») à La Réunion.

Le GDS et le Cirad sont des partenaires de longue date en santé animale à La Réunion. Dans le cadre du RITA Animal, financé par l'Europe (Feader), ils collaborent notamment sur l'étude des Culicoides, petits moucherons vecteurs des virus de la fièvre catarrhale ovine et de la fièvre épizootique des cervidés (« bavites ») sur l’île. Des maladies loin d’être anodines tant elles ont des répercussions sur la production de viande et de lait des élevages, entrainant des coûts économiques non négligeables pour les éleveurs.

Les acteurs des filières ruminants se sont réunis le 14 septembre à l'invitation du GDS et du Cirad. Ils ont d’abord assisté à une série de présentations sur l’écologie des Culicoides et les moyens de lutte anti-vectorielle disponibles à l’heure actuelle. « Nous avons ensuite présenté le suivi des recherches en cours sur l’île, » explique Claire Garros, entomologiste au Cirad à La Réunion et intervenante lors de la journée d’informations sur les Culicoides, « notamment les travaux de Yannick Grimaud, technicien GDS en doctorat avec le Cirad. » À terme, cette étude a pour objectif de fournir aux éleveurs un outil de gestion identifiant les zones et les périodes à risque pour leurs cheptels.

Dans un deuxième temps, les participants ont pu se rapprocher du travail des chercheurs sur le terrain. Grâce à l’observation de Culicoïdes à la binoculaire d’abord, puis avec une démonstration de pose de piège  dans un élevage de la Plaine des Cafres. « Cela nous a permis de continuer les échanges tout en abordant un aspect plus pratique » reprend Claire Garros. Intéressés, les éleveurs, techniciens et vétérinaires présents se sont pris au jeu, avant de repartir plus aguerris sur la problématique « bavites et Culicoides » qui les concerne directement.

Publiée : 15/09/2017

Cookies de suivi acceptés